PACES : du nouveau sur le front de la réforme

Le premier rapport est paru sous l'égide de Jean Paul Saint André, ancien président de l'université d'Angers. La PACES devrait donc disparaitre à la rentrée 2020 (admissions 2021), mais pas la sélection. En effet, si l'accessibilité aux métiers de la santé est ouvert à plusieurs filières (laissées au choix des universités...), le nombre d'étudiants admis ne devrait pas évoluer significativement. Le nouveau numérus devrait seulement être réparti entre différentes filières : une voie "santé" classique pour 60% des étudiants, plusieurs voies licences pour les 40% restants. La sélection sera donc encore plus présente puisque les possibilités d'admission seront réparties entre toutes les filières.

Pour le reste, pas de précisions significatives pour le moment. L'ensemble du dispositif juridique devrait paraître au premier trismestre 2019 pour donner la possibilité aux universités de s'organiser et de figer leurs organisations et propositions pour le recrutement Parcoursup qui s'ouvrira en Janvier 2020.

Pour consulter le rapport : Rapport Saint André